lundi 5 octobre 2015

Les Lionnes de basketball du Sénégal Reines d'Afrique pour la 11ème Fois en 22 éditions

Lionnes basket au Palais (11)

Ceux sont des lionnes méconnaissables au premier tour et très conquérantes à partir des quart de finales qui ont battu les lionnes indomptables du Cameroun  ce samedi 03 octobre 2015 en marge de la finale de l’Afro-basket féminin organisée à Yaoundé.

Elles ont été accueillies en Reines par le peuple sénégalais le dimanche 04 octobre 2015 après que son excellence le président Macky Sall ait affrété son avion présidentiel pour aller les chercher au Cameroun.

En les recevant au palais présidentiel, le président Macky Sall a demandé dimanche aux Lionnes du basketball d’être “conquérantes” aux Jeux olympiques 2016 prévus à Rio (Brésil), auxquels elles se sont qualifiées samedi.

La qualification des Lionnes aux prochains JO “ouvre à notre basketball de nouvelles perspectives”, selon le chef de l’Etat, qui a reçu dimanche après-midi les championnes d’Afrique et leur entraîneur Moustapha Gaye.
La victoire finale du Sénégal à l’Afrobasket féminin 2015, samedi, à Yaoundé (Cameroun), devant les Lionnes Indomptables, les qualifie d’office aux Jeux olympiques de Rio.

Le trophée remporté samedi est le 11e du Sénégal à cette compétition, dont c’était la 22e édition.
Cependant, cela ouvre un débat sur un problème majeur que Mr Alphonse Bilé SG de Fiba Afrique  avait déjà lancé à la veille de la finale en ces termes: "Le Sénégal est un grand pays de basketball mais il y a zéro salle dans ce pays. On demande au Sénégal d’être candidat à l’Afrobasket 2019. Maintenant, ils auront quatre ans pour construire des salles de basket”.

En effet, il est paradoxal que le Sénégal qui a été sacré 11 fois en 22 éditions chez les dames ne dispose pas d'infrastructures dignes de ce nom. A cela, le Président de la République Macky Sall a répondu en prenant l'engagement d'inscrire dans la loi des finances 2016, des crédits suffisants pour la construction d'une salle de basket moderne.
Merci les lionnes!

Alain Faye

Réception des Lionnes au Palais : Des sachets “ndokh” distribués dans la salle

eau_sachet-578x330
Macky Sall serait-il fauché, lui qui s’est pourtant engagé, hier, à construire pour le basket un stadium moderne à coup de milliards. Un stadium pour lequel il faudra compter forcément un investissement compris entre 10 et 20 milliards de nos pauvres francs Cfa, si on veut qu’il soit vraiment aux normes internationales.
En tout cas, il y a à se poser bien des questions. Pour en revenir donc à ce qui semble être un signe de dèche, il s’agit simplement de ce fait insolite qui en a surpris beaucoup, tellement c’était surréaliste, pour ne pas dire inimaginable.
En effet, alors même qu’on ne distribue presque plus des sachets d’eau, genre ceux conditionnés et vendus à 25 ou 50 francs Cfa dans les boutiques des quartiers populeux de la banlieue, dans les cérémonies familiales où tout le monde s’est mis depuis un certain temps à la mode des bouteilles d’eau minérale, hier, au Palais, c’est bien ce genre de sachets qui a été servi aux hôtes de Macky Sall. Eh oui ! Pas de bouteille d’eau minérale comme on aurait pu s’y attendre dans ce qui est la première vitrine du Sénégal, le Palais présidentiel.
Mais juste de l’eau conditionnée dans de petits sachets, comme à la boutique du coin. Voilà ce qui a été distribué dans la salle des banquets à tous ceux-là qui voulaient étancher leur soif, lors de la réception des «Lionnes». Ainsi, au moment où on interdit les sachets plastiques pour préserver l’environnement, au Palais on fait exactement le contraire. Et dire encore que ce n’est pas très hygiénique ces sachets!
Quand même avec tous ses milliards de budget, Kor Marième Sall devrait avoir de quoi acheter de l’eau en bouteille pour recevoir des hôtes. Navrant cette scène des serveurs du Palais en train de distribuer des sachets d’eau, comme dans un mariage au fin fond du Sénégal. Et qu’on ne vienne pas nous dire que MS n’est pas en train de faire des économies de bout de chandelle ou qu’il a le même train de vie que les plus de 70% de Sénégalais pauvres.

Aliou Fama

mardi 15 septembre 2015

Célibat des prêtres : la discipline de l’Eglise doit-elle changer ?

Jean Mercier © Ainsi soient-ils
Le fil rouge d’Ainsi soient-ils est la sexualité des prêtres. Selon les scénaristes, les prêtres doivent pouvoir se marier – ils seraient ainsi moins tentés par certaines dérives comme la pédophilie ! (dont il est question en saison 3). Nous avons interrogé Jean Mercier, journaliste à La Vie et auteur d’un livre de référence paru sur le sujet.
Ainsi soient-ils.com : Les prêtres demandent-ils à pouvoir se marier ?
Jean Mercier : Non, pas que je sache. C’est une revendication qui a existé lors d’un créneau historique assez limité, dans la foulée de la révolution sexuelle de 1968, lorsque des prêtres ont officiellement demandé une évolution de la règle du célibat. Par contre, il y a effectivement un débat sur l’ordination d’hommes mariés, mais c’est une autre problématique.
A quand remonte le célibat des clercs ?
C’est une affaire longue et complexe. Il faut distinguer entre célibat et continence sexuelle. L’Eglise a ordonné des hommes mariés pendant le premier millénaire, mais on oublie souvent qu’elle leur imposait la continence avec leur épouse, à partir du diaconat, et donc aussi pour la prêtrise et l’épiscopat. On sait cela à partir de sources historiques dont la plus ancienne remonte au début du quatrième siècle, et il ne semble pas que cette contrainte de la continence ait suscité des conflits théologiques, contrairement aux déchirements qu’on avait à l’époque sur la nature du Christ, par exemple. La raison était qu’on considérait incompatible le sacerdoce et l’état d’activité sexuelle, et non pas le mariage. Vers la fin du VIIe siècle, l’Orient chrétien a modifié cette règle en permettant aux diacres et prêtres de faire l’amour avec leur femme, et en imposant que l’épiscopat soit réservé aux célibataires. L’Occident a gardé sa règle : diacres, prêtres et évêques marié, mais sans sexe ! Au XIe siècle, cette pratique était devenue intenable, et l’Eglise se retrouvait avec des clercs mariés ordonnés sous la pression des puissances féodales, pour des intérêts très mondains. Le pape Grégoire VII a voulu purifier l’Eglise en imposant le célibat obligatoire, et en a fini avec l’ordination de clercs mariés. Dans l’Eglise catholique latine, on peut donc affirmer que tous les prêtres ont été astreints à la continence, pendant 2000 ans. Même s’ils ont pu être mariés, mais pas tous !, jusqu’à la réforme grégorienne du XIe siècle.
Pourtant, aujourd’hui, certains prêtres catholiques sont mariés ?
Tout a changé avec Pie XII. Il a permis l’ordination d’un ancien pasteur luthérien comme prêtre catholique, mais apparemment sans lui imposer la continence. Puis le Concile Vatican II, en 1965, a reconnu l’existence des prêtres mariés dans les Eglises catholiques orientales, et a rétabli le diaconat permanent en permettant tacitement aux diacres de continuer de faire l’amour avec leur femme. Cette transgression là est passée totalement inaperçue : car en tant que clercs, les diacres mariés de jadis étaient astreints à la continence. On peut même se demander si Paul VI s’est vraiment rendu compte de ce qu’il faisait… Plus tard, Jean Paul II et Joseph Ratzinger ont ordonné prêtres des centaines d’anciens ministres anglicans ou protestants qui étaient mariés sans leur interdire nommément l’activité sexuelle, sur un mode dérogatoire. On est donc désormais dans une situation un peu hybride.
Quels seraient les avantages et les inconvénients d’avoir des prêtres mariés ?
L’avantage, si l’on pouvait ordonner des hommes mariés, serait d’élargir la base du recrutement des futurs prêtres, et donc d’inclure des hommes qui seraient intéressés par le job, mais que le célibat rebute. Et donc, par conséquence de réduire la pénurie des prêtres. C’est apparemment une évidence, mais elle mérite d’être mise en question. En effet, on peut considérer que le célibat est l’arbre qui cache la forêt. De nombreux prêtres disent que le plus dur pour eux n’est pas le célibat, mais l’obéissance à leur évêque, et les contraintes du métier (stress, baisse de la foi, Dieu considéré comme la variable d’ajustement dans notre société de consommation). Le fait que le métier de prêtre soit socialement très dévalorisé joue aussi dans le manque de vocations.
Il n’est donc pas sûr que l’ouverture de la vocation aux hommes mariés créerait un appel d’air… Elle risquerait surtout de déstabiliser la figure du prêtre pour les catholiques, car il serait très difficile de former deux types de prêtres au séminaire (ayant choisi de rester célibataires + hommes mariés ou voulant se marier avant leur ordination), selon deux “spiritualités” très différentes, de sorte que les séminaires devraient s’adapter à deux publics distincts.
Ensuite, il faudrait gérer les contraintes financières liées aux prêtres mariés, pour l’entretien de leurs familles. J’ai interrogés de nombreux prêtres dans ce cas. Il disent que le métier de leur épouse est le facteur clé et limite leur mobilité en cas de changement de poste. Sans oublier les divorces et séparations qu’il faudrait gérer, comme on le voit chez les pasteurs protestants. Bref, il y a autant, sinon plus, d’inconvénients que d’avantages. Quant à dire qu’un prêtre marié comprendrait mieux les gens mariés, l’argument est faible : il pourrait “plaquer” son expérience conjugale et familiale sur les gens qui se confient à lui. Célibat des prêtres © Ainsi soient-ils
Dans Ainsi soient-ils, deux des cinq principaux séminaristes sont des personnes homosexuelles (dans la saison 1 et 2, par la suite l’un des deux devient prêtre). Il leur est rappelé qu’ils ne peuvent pas devenir prêtres. Que pensez-vous de cette interdiction, n’est-ce pas une discrimination ?
C’est une question complexe. Je crois que de nombreux prêtres ayant des tendances homosexuelles mais qui sont parvenus à les “sublimer” avec l’aide de la grâce de Dieu ont produit des fruits de sainteté inimaginables, dont l’Eglise a profité, de façon qui nous échappe plus ou moins. D’autres qui n’ont pas eu cette grâce se retrouvent peut-être dans des situations très difficiles de double vie s’ils ne vivent pas la continence, comme des prêtres hétéros peuvent aussi être dans une double vie, d’ailleurs.
Sur le principe d’accepter des séminaristes homosexuels, l’Eglise demande un fort discernement et exige, depuis 2005, que l’on décourage ceux qui ont des tendances fortement enracinées. L’idée est que le célibat doit symboliser un authentique renoncement : le renoncement à une épouse et des enfants, renoncement qui ouvre la voie à une authentique paternité spirituelle, et une profonde conjugalité avec l’Eglise, à travers l’identification totale à Jésus, époux de l’Eglise. Celui qui devient prêtre avec des tendances homosexuelles ne vit pas radicalement ce renoncement puisqu’il n’aurait pas pu fonder une famille avec une femme, en toute honnêteté. (Excluons ici le cas de la bisexualité !)
L’autre vérité est que, dans certains pays, ou certains séminaires, il y a eu une sorte de sous-culture gay qui a franchement fait fuir des garçons hétéros. D’où la directive du Vatican pour endiguer ce phénomène.
L’autre argument plus délicat, est que les scandales de “pédophilie” – je mets des guillemets ! – ont montré que les prêtres coupables d’abus sur mineurs étaient, en grande majorité, des prêtres ayant jeté leur dévolu sur des adolescents post-pubères; les cas d’abus d’enfants très jeunes étant minoritaires. En toute rigueur de termes, il s’agit d’une forme d’homosexualité que l’on appelle éphébophilie. Cela a forcément joué pour interdire l’accès aux homosexuels en général, et on peut regretter cet amalgame. Il n’en demeure pas moins que le Vatican a laissé la porte ouverte pour les jeunes hommes encore pas totalement “latéralisés” et qui veulent (et peuvent) se défaire des tendances homosexuelles faiblement enracinées en eux même si cette distinction avec les tendances fortement enracinées peut relever d’une forme de naïveté ou de déni de la part de l’institution ecclésiale, car je ne sais pas comment on peut sérieusement faire la différence. Cependant, raisonner en termes de discrimination n’a guère de sens. On n’a jamais le “droit” de devenir prêtre. Même si, je le concède, cette interdiction sous-entend que les prêtres homosexuels auraient moins de capacité à respecter leur voeu de célibat que les hétérosexuels, ce qui reste à prouver et peut apparaître injuste.
Pourquoi, d’après vous, certains prêtres quittent-ils le sacerdoce pour rejoindre quelqu’un, comme c’est le cas d’un des « conseillers religieux » de la série ?
Je ne connais pas cet homme et il est difficile de généraliser sur des cas très délicats. Il se peut que certains prêtres quittent le sacerdoce parce qu’ils se rendent compte qu’ils ne sont pas fait pour vivre seul, sans la tendresse d’une femme et sans activité génitale régulière. Certains le réalisent très vite, et alors on peut affirmer que le célibat n’est pas fait pour eux, tout en ajoutant que c’est aberrant qu’ils aient dû attendre d’être ordonnés pour s’en rendre compte, après sept ans de vie comme célibataire ! Mais je crois que ce cas est rare. Le plus souvent, le prêtre quitte le sacerdoce – ou se met secrètement en couple – après de nombreuses années heureuses de ministère comme célibataire… A mon avis, ce qui est en cause n’est pas le célibat mais la lassitude du prêtre face à son épouse symbolique, l’Eglise. A un moment, il est “déçu” au sens fort du terme (par son évêque, ses collègues, ses paroissiens), et il trouve une porte de sortie dans le fait de tomber amoureux d’une femme, une vraie. C’est analogue à ce que fait l’homme marié qui quitte la femme avec qui il était heureux depuis 20 ans pour une autre. Dans ce cas, on ne penserait pas à incriminer le mariage en tant que tel. Le célibat est trop souvent désigné le coupable idéal dans les crises existentielles complexes des prêtres.
Pourquoi se priver de toute vie sexuelle semble-t-il impossible voire même dangereux, aujourd’hui ?
Je crois que c’est un faux problème. D’abord, nous ne sommes pas des bêtes. Les animaux sont contraints par leur nature à la reproduction, et ne peuvent échapper à cette contingence. Nous sommes proches des animaux par nos pulsions corporelles, car nous devons boire, manger, dormir, mais sur le domaine sexuel, nous avons la possibilité de vivre sans activité génitale par choix libre et raisonné… Il faut résister à une sorte d’idéologie contemporaine qui affirme qu’un homme est anormal s’il choisit librement la continence.
Ce qui est dangereux et impossible, c’est de vivre hors de toute activité affective riche et équilibrée ! Des gens peuvent être horriblement malheureux dans des relations conjugales tyranniques et instables, même s’ils ont quand même une vie sexuelle. Des religieux, des religieuses et des prêtres peuvent au contraire avoir une vie affective très heureuse dans leur communauté et dans leurs relations aux autres. L’un de mes amis vient d’entrer dans une abbaye et je suis frappé par l’intensité de la vie relationnelle qui existe entre les quatre murs d’un monastère – notamment la gestion des frustrations et du pardon…Cela peut être aussi épanouissant qu’une vie “sexuelle” conjugale.
Même s’ils ne sont pas dans une activité génitale, les célibataires pour Dieu existent en tant que personnes sexuées : ce sont des hommes et des femmes. On ne jamais faire abstraction de cela. Quant à vivre sans activité génitale, ce n’est effectivement pas donné à tout le monde, mais la grâce de Dieu donne parfois ce don. C’est un mystère qui nous échappe.

jeudi 10 septembre 2015

C'est une découverte incroyable qu'on fait des chercheurs britanniques. La maladie d'Alzheimer pourrait se transmettre entre hommes par des transfusions sanguines et lors d'opérations chirurgicales. Ces conclusions, encore à étayer, ont été publiés mercredi dans la revue Nature. Des lésions cérébrales appelées "angiopathie cérébrale amyloïde" (dépôt de protéines amyloïdes au niveau des vaisseaux, ndlr) qui signent généralement la maladie d'Alzheimer ont été retrouvées de manière surprenante à l'autopsie sur des personnes décédées relativement jeunes (entre 36 et 51 ans) de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ). "Potentiellement transmis via certaines procédure médicales" Ces dernières n'avaient développé de leur vivant aucun symptôme de la maladie d'Alzheimer et ne montraient pas non plus à l'autopsie l'autre grande signature d'Alzheimer, l'accumulation de protéine Tau. Les huit personnes étudiées avaient été contaminées par des prions anormaux, l'agent pathogène de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, à la suite de traitements pour grandir sous forme d'injections d'hormones de croissance issues d'extraits d'hypophyse humaine contaminée (glande située dans le cerveau et récoltée sur des cadavres). Cette étude conduite par un groupe de chercheurs londoniens "suggère que le peptide beta amyloïde (qui s'accumule dans le cerveau des personnes atteintes d'Alzheimer, ndlr) peut potentiellement être transmis via certaines procédure médicales", indique Nature dans un communiqué. "Cette observation de transmission est survenue dans un contexte totalement inhabituel" La préparation d'hormone de croissance injectée à ces personnes alors qu'elles étaient encore enfants, étaient non seulement "contaminée par des prions mais aussi par des 'graines' de peptide beta amyloïde" a expliqué l'un des auteurs de la recherche lors d'une présentation à la presse. Cette observation vient confirmer un mécanisme de propagation pour les "graines" de peptide beta amyloïde déjà décrit dans des expériences sur des animaux, explique à l'AFP spécialiste français d'Alzheimer, Philippe Amouyel (Institut Pasteur Lille/Inserm). "Cette observation de transmission est survenue dans un contexte totalement inhabituel par l'injection de substance extraite de cerveaux humains, ce qui aujourd'hui ne se fait plus. Aucun élément ne permet de conclure que cette situation puisse se produire dans des circonstances de la vie quotidienne", souligne-t-il. Cette étude risque de se traduire en de "nombreux titres trompeurs", met en garde de son côté le Pr David Allsop de l'Université de Lancaster, soulignant qu'on ne sait pas si ces personnes auraient développé la maladie d'Alzheimer s'ils avaient vécu suffisamment longtemps."Cette découverte a été faite sur un tout petit nombre de patients et mérite une recherche plus poussée", souligne pour sa part le spécialiste Eric Karran de la fondation britannique Alzheimer's Research. "Les principaux facteurs de risque pour Alzheimer, c'est l'âge, avec la génétique et le mode de vie. Si le lien était confirmé entre une contamination ancienne par des tissus et la maladie d'Alzheimer, cela ne concernerait qu'une toute petite proportion des personnes contaminées", a-t-il expliqué.

C'est une découverte incroyable qu'on fait des chercheurs britanniques. La maladie d'Alzheimer pourrait se transmettre entre hommes par des transfusions sanguines et lors d'opérations chirurgicales. Ces conclusions, encore à étayer, ont été publiés mercredi dans la revue Nature.
Des lésions cérébrales appelées "angiopathie cérébrale amyloïde" (dépôt de protéines amyloïdes au niveau des vaisseaux, ndlr) qui signent généralement la maladie d'Alzheimer ont été retrouvées de manière surprenante à l'autopsie sur des personnes décédées relativement jeunes (entre 36 et 51 ans) de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ).
"Potentiellement transmis via certaines procédure médicales"
Ces dernières n'avaient développé de leur vivant aucun symptôme de la maladie d'Alzheimer et ne montraient pas non plus à l'autopsie l'autre grande signature d'Alzheimer, l'accumulation de protéine Tau. Les huit personnes étudiées avaient été contaminées par des prions anormaux, l'agent pathogène de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, à la suite de traitements pour grandir sous forme d'injections d'hormones de croissance issues d'extraits d'hypophyse humaine contaminée (glande située dans le cerveau et récoltée sur des cadavres).
Cette étude conduite par un groupe de chercheurs londoniens "suggère que le peptide beta amyloïde (qui s'accumule dans le cerveau des personnes atteintes d'Alzheimer, ndlr) peut potentiellement être transmis via certaines procédure médicales", indique Nature dans un communiqué.
"Cette observation de transmission est survenue dans un contexte totalement inhabituel"
La préparation d'hormone de croissance injectée à ces personnes alors qu'elles étaient encore enfants, étaient non seulement "contaminée par des prions mais aussi par des 'graines' de peptide beta amyloïde" a expliqué l'un des auteurs de la recherche lors d'une présentation à la presse.
Cette observation vient confirmer un mécanisme de propagation pour les "graines" de peptide beta amyloïde déjà décrit dans des expériences sur des animaux, explique à l'AFP spécialiste français d'Alzheimer, Philippe Amouyel (Institut Pasteur Lille/Inserm).
"Cette observation de transmission est survenue dans un contexte totalement inhabituel par l'injection de substance extraite de cerveaux humains, ce qui aujourd'hui ne se fait plus. Aucun élément ne permet de conclure que cette situation puisse se produire dans des circonstances de la vie quotidienne", souligne-t-il.
Cette étude risque de se traduire en de "nombreux titres trompeurs", met en garde de son côté le Pr David Allsop de l'Université de Lancaster, soulignant qu'on ne sait pas si ces personnes auraient développé la maladie d'Alzheimer s'ils avaient vécu suffisamment longtemps."Cette découverte a été faite sur un tout petit nombre de patients et mérite une recherche plus poussée", souligne pour sa part le spécialiste Eric Karran de la fondation britannique Alzheimer's Research.
"Les principaux facteurs de risque pour Alzheimer, c'est l'âge, avec la génétique et le mode de vie. Si le lien était confirmé entre une contamination ancienne par des tissus et la maladie d'Alzheimer, cela ne concernerait qu'une toute petite proportion des personnes contaminées", a-t-il expliqué.

AFP

mardi 8 septembre 2015

Les moines musiciens de Keur Moussa

Sur la route de Kayar, à une cinquantaine de kilomètres au Nord de Dakar, non loin de la route nationale, près de Ndoyene Peul et de Keur Yakham Ndiaye se niche un paisible village nommé Keur Moussa. Or, ce n’est pas un village comme les autres. En effet, Keur Moussa, dont la population est majoritairement musulmane, s’est rendu célèbre à travers le monde pour son abbaye bénédictine qui valorise, dans ses liturgies, d’authentiques instruments africains comme le Balafon, le Djembé et surtout la Kora.

(Ph) Les moines de Keur Moussa. Source : www.youtube.com
(Ph) Les moines de Keur Moussa. Source : www.youtube.com
L'abbaye de Keur Moussa a été fondée en 1961. Le Président poète Léopold Sédar Senghor l'inaugura officiellement deux ans plus tard, en 1963. Mais son histoire d'amour avec les instruments africains débute lorsqu’un prêtre du terroir, ami du monastère, offre aux moines, en 1964, une Kora à clef de bois. Comme aucun des moines alors présents n'était capable de s'en servir, deux jeelis (griots), joueurs de koras, furent invités à passer quelques jours au monastère. Et, après avoir accordé l'instrument, ils remplirent l'église de résonances si élégantes qu’elles subjuguèrent l’ensemble de la communauté monastique.
Absolument charmés par la beauté des sons, les religieux demandèrent aux jeelis d'accompagner leurs psaumes de leurs notes. Et ainsi, tandis que les uns célébraient sur leurs cordes les gestes de leurs ancêtres, les moines, eux, rendaient grâce à Dieu en chœurs grégoriens parfaitement harmonisés à la mélodie africaine.
Convaincu que la « Kora rendait vivants les psaumes et donnait du rythme aux prières en permettant d’exprimer tant la joie que la gravité », le prêtre français Dominique Catta fut le premier à prier les maîtres de la Kora de l’initier à ce merveilleux instrument. Et c’est ainsi qu’il s'attela à "tropicaliser" les cérémonies religieuses du monastère.


 
Notons toutefois, comme le fait remarquer Amadou Bator Dieng, journaliste spécialisé en musique, que les moines de Keur Musa doivent une partie de leur succès au Concile Vatican II de l’an 1963, qui déclarait que « désormais, en matière de musique liturgique en Afrique, on accordera aux traditions musicales locales l'estime qui leur est due et la place convenable ».
En 1967, à la suite d'un voyage en France, les prêtres de Keur Moussa, sous la direction du moine français Dominique Catta, et avec l'aide de quelques professionnels tentent l’édition d’un premier disque, composé de six chants en wolof et quelques psaumes en français. Agréable surprise, cet album sera très bien accueilli ! Et depuis lors, le succès des disques des moines de Keur Moussa ne s'est jamais démenti, allant même crescendo.
Aujourd’hui on compte dans leur discographie plusieurs productions comme : Quand renaît le matin, (janvier 2001) Aux Sources jaillissantes, (octobre 2007) ou encore Offices du dimanche (avril 2008). Toutes ses magnifiques créations font que le renom de l’abbaye s’amplifie de plus en plus et il n'est pas rare de voir des touristes venir assister à la messe du dimanche pour écouter la musique des moines de Keur Moussa. Leurs disques sont mondialement fameux et ont déjà valu à ces religieux des récompenses, comme le prix international de musique Albert-Schweitzer en 1993 aux États-Unis. De plus, depuis que les moines fabriquent et vendent à travers le monde leurs propres koras, la réputation grandissante de Keur Moussa fait résonner ce nom comme l’un des centres les plus importants de la musique liturgique africaine.

 Lamine BA • • Creative Commons Licence

Hé! les hommes surveillez votre prostate



content_image

Image Descriptive

La prostate c’est quoi ?
C’est une glande qui fait partie de l’appareil reproducteur masculin. Elle sécrète un liquide prostatique, qui en se mélangeant aux spermatozoïdes apporte du volume au sperme et engendre sa fluidité. S’il n’est pas indispensable à la procréation, il favorise cependant la fécondité.
Prostate: pourquoi la surveiller?Aujourd’hui, la surveillance clinique est plus précoce. Auparavant, on attendait la venue des désagréments urinaires pour consulter. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Dans la consultation, un interrogatoire permettra d’examiner l’existence ou le degré de développement d’un possible adénome.
L’examen par toucher rectal peut aussi le pronostiquer. Il permet de mettre en évidence l’accroissement volumétrique de la prostate. Le médecin urologue doit aussi chercher à connaître l’importance des troubles urinaires. Le patient est-il gêné, très gêné ? Pour ceux qui développent un léger adénome, il sera simplement recommandé de boire du vin blanc, de manger épicé. Si les troubles s’aggravent, le traitement s’impose (médicamenteux ou chirurgical).
Prostate : rendez-vous chez l'urologueUn dépistage commence toujours par un interrogatoire car cancers ou HPB ont un facteur génétique. Quand un père ou grand-père en ont été atteints, le descendant a beaucoup plus de risque d’en être à son tour victime. Le dosage du PSA (antigène prostatique spécifique) est l’outil le plus efficace pour dépister le cancer de la prostate. Il se réalise sur simple prélèvement sanguin.
A partir de 50 ans, il est bienvenu de l’effectuer tous les ans. La forte présence de cette enzyme sécrétée par la prostate décèlera la possible apparition d’un cancer. D’une année sur l’autre, les variations du PSA indiqueront l’importance du développement de la tumeur. D’autres outils co-existent dans la détection de la maladie : l’échographie prostatique ou le toucher rectal. Par ce dernier moyen, le médecin ou urologue recherche une zone dure au niveau de la prostate, signe qui lui indiquera la potentielle présence de tumeur.
Enfin, en cas de doute, l’existence définitive d’un cancer sera confirmée grâce à une biopsie. Il s’agit d’un prélèvement de tissu prostatique, sur lequel seront effectués des examens au microscope de cellules soit saines soit cancéreuses.

Auteur: topsanté

mardi 16 juin 2015

Ce qu'il faut retenir de la transition vers le numérique


content_image

Image illustrative

Le compte à rebours a déjà démarré. Dans quelques heures, la télévision analogique cessera d'émettre. Pour ceux qui n'ont pas encore saisi ce que c'est la transition vers le numérique, voici quelques explications.


A partir de ce 17 juin, aucune télévision ou radio ne pourra émettre si elle ne passe au numérique avec l'achat d'un décodeur Excaf Telecom. Pour beaucoup, la transition numérique reste encore un concept flou. Mais, elle désigne tout simplement l'intégration de données numériques dans la vie réelle. Le passage au numérique est l’arrêt de la diffusion analogique des chaines de télévisions et de radios et le remplacement par la diffusion numérique. En analogique, une chaîne de télévision est diffusée sur une fréquence ou un canal. Alors qu’en numérique, on peut diffuser dans un même canal analogique cinq ou six programmes organisés en «multiplex de programmes» (1 canal ou fréquence = 5 ou 6 chaînes). Au Sénégal, cette transition vers le numérique va coûter plus de 57, 643 milliards de FCFA à l'Etat.


La volonté de mettre en place un système numérique au Sénégal est née au lendemain de la Conférence régionale des radiocommunications de l’Union Internationale des Télécommunications qui a adopté le 16 juin 2006 à Genève un Accord régional (GE06) relatif à la planification du service de radiodiffusion numérique de Terre dans notre espace.


La période de transition, devant conduire à la fin de la télévision analogique, a donc commencé depuis le 17 juin 2006 à 00H GMT et prendra fin pour la bande UHF (470-862 MHz), le 17 juin 2015 à 01 heure GMT pour tous les Etats membres parties à l’Accord GE06.


Selon les termes de cet accord, sont concernés : les secteurs de l’audiovisuel, des Télécommunications et des TIC, les autorités de régulation audiovisuelle et des télécommunications, les populations, administrations publiques et collectivités locales.


Le passage vers le numérique doit s’articuler avec la mise à niveau et l’harmonisation du cadre juridique régissant le secteur de l’audiovisuel, des Télécoms et TIC. Il doit également s'articuler avec l’adoption de norme et système de diffusion nationale, en concertation avec les pays de la sous-région, une mise en place d’une infrastructure nationale de diffusion numérique, une prise en charge des préoccupations des consommateurs en termes de programmes, mais aussi de renouvellement des antennes, téléviseurs et postes de radio, une réaffectation du dividende numérique aux nouveaux services mobiles et audiovisuels.


Quels changements apporte le numérique ?


Ce passage au numérique représente une véritable révolution universelle pour les communications audiovisuelles dont, entre autres, la radiodiffusion. Il induit des changements fondamentaux dans la façon dont on produit, distribue et consomme la radio et la télévision. Le passage de l’analogique au « tout-numérique » va finalement libérer des fréquences. Le passage de la télévision de l’analogie au numérique devrait donc faciliter la création d’un plus grand nombre de chaines (nationales et locales) et un choix de programmes plus large, développer de la production audiovisuelle locale, développer de nouveaux services de contenus, une meilleure qualité d’image (la Haute Définition) et une plus grande couverture du territoire avec une économie d’énergie substantielle.


Le passage au numérique doit aussi favoriser la réduction de la fracture numérique (Internet à haut débit, diffusion en live du contenu, transfert de fichiers) et le renouvellement des équipements (antennes, postes de télévision et de radio). Des études ont, en effet, montré qu'un ménage sénégalais possède plus d’une radio (1,4) et il existe 80 postes de télévision pour 100 ménages.


Mais pour réguler le système, des institutions nationales ont été mises en place, notamment pour le prémunir contre les atteintes à la vie privée ou à la liberté individuelle. Ce rôle revient, au Sénégal, au Comité national chargée du numérique (Cnn), qui doit ainsi vérifier le respect des droits de chacun avec la mise en place de commissions spécialisées chargées de proposer des solutions aux questions liées aux contenus et programmes, aux aspects juridique , technique et commercial. Elle a aussi en charge l’élaboration, la validation et la mise en œuvre de la stratégie de passage au numérique. Ce comité est présidé par le ministre chargé de la Communication et la vice présidence est assurée par le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (Cnra).


Quels sont les enjeux de la transition?


Les évolutions dues à l’Internet et au Web1 donnent lieu à de nouveaux mots ou de nouveaux concepts : cybersociété, société numérique ou virtuelle, cité Internet, cyberdémocratie, démocratie électronique, etc. Aujourd’hui, le virtuel, le numérique et l’électronique règnent. L’espace numérique s’est développé très rapidement en quelques années. Le Web est devenu la clef essentielle de cette cybersociété, comme à une autre époque le téléphone ou la télévision ont aussi transformé profondément nos sociétés. Ces innovations se sont propagées à une très grande vitesse. Elles modifient en permanence, et de manière très significative, les relations entre les individus en ouvrant de très nombreuses possibilités en termes de communication, mais aussi plus globalement de liberté individuelle, de vie privée et de rapports sociaux.


La démocratie est donc directement concernée par le développement des usages de l’électronique. Une agora numérique voit le jour aussi bien pour chaque pays qu’au niveau planétaire. Les statistiques montrent que les citoyens se connectent de plus en plus souvent sur la toile pour accéder à des services ou pour communiquer. Les citoyens, en utilisant beaucoup les sites Internet, sont devenus sans vraiment s’en rendre compte des cybercitoyens. Les internautes sont progressivement devenus des acteurs du Web. Ils apportent, de cette manière, leurs contributions à une alchimie des multitudes ou à une nouvelle intelligence collective. La démocratie ne peut que s’en nourrir.


C’est en ce sens que l’on peut évoquer une démocratie électronique ou une démocratie à l’ère du numérique. Cette nouvelle forme de la démocratie se diffuse sur des réseaux et utilise des supports numérisés.


Le numérique, une police des populations


Mais, pour d’autres, le numérique et l’électronique seraient au service de la mise en place d’une prison à l’échelle d’un pays «où les moindres mouvements sont contrôlés, où tous les événements sont enregistrés, où un travail ininterrompu d’écriture relie le centre à la périphérie, où le pouvoir s’exerce sans partage, selon une figure hiérarchique continue, où chaque individu est constamment repéré, examiné… » (Foucault, 1975, p. 199). Une forme de surveillance globale (Mattelart, 2007) est devenue possible.


Sur le registre de l’encadrement des usages des technologies, de nombreux rapports administratifs ont été établis, en France, pour guider les autorités publiques, comme ceux du Conseil d’État (1988, 1998). Il faut aussi rappeler les rapports annuels de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).


Ainsi, un nouvel ordre numérique se construit donc sous nos yeux. Il influence tous les rapports humains donc aussi le fonctionnement de nos démocraties. Cet ordre s’inscrit dans ce que Thierry Vedel nomme le troisième âge de la démocratie électronique dans la mesure où « l’idée de démocratie électronique n’est pas apparue avec l’Internet, mais s’est développée progressivement depuis la seconde guerre mondiale et l’invention de l’ordinateur… : les années 1950, la cybernétique et la machine à voter ; les années 1970, les réseaux locaux et la télédémocratie ; les années 1990, l’internet et la cyberdémocratie » (Vedel, 2003).


La démocratie électronique n’est possible que grâce, d’abord, à des innovations et des changements techniques, c’est-à-dire grâce à l’évolution permanente des matériels informatiques et de leurs interconnexions. Ainsi, la mise en réseau des ordinateurs dans le monde, l’accélération des connexions de type ADSL, la création du Web et le développement de puissants moteurs de recherche constituent des exemples de ces innovations fondamentales, très rapidement adoptées par une foule d’utilisateurs dans le monde. Ces différents changements techniques ont pour principale conséquence l’abolition des frontières entre les différentes technologies d’information, de communication et de télécommunication.


Lala Ndiaye-Seneweb.com

Qui est cette personne immortalisée sur nos piéces de 25 F CFA?

Je suis sûre que si vous êtes de l’Afrique de l’Ouest, et de la zone CFA, vous êtes certainement tombée sur cette pièce de 25FCFA sur laquelle une femme est representée.  Eh bien cette femme-là est la toute première femme chimiste de la Côte d’Ivoire, Mme Konan née Dicoh Mariam.  Elle est gravée sur la pièce de 25f CFA avec une burette de chimiste.
On utilise cette pièce sans même se demander qui est cette personne qui se trouve dessus… ou même ce qu’elle fait, ou ce qu’elle tient en main.
Mme Konan, une brillante chimiste qui a su manier plein de formules chimiques est le genre de personnes dont on doit parler; elle mérite bien plus qu’un prix d’excellence.  C’est un exemple pour toutes les filles de l’Afrique, et du monde entier, parce qu’elle a su briller par son ambition et sa motivation.  Chapeau à elle et à toutes les autres femmes en Afrique qu’on ne nomme pas, car elle est une femme très battante et remarquable.  Un modèle de femme dont on doit se souvenir dans le futur de génération en génération.  Waou… premiere femme chimiste de tout un pays… quel merveilleux exemple de détermination!
Aujourd’hui, Mme Konan est propriétaire de l’espace gastronomique ” La Gorge d’Or,” à Abidjan.  Elle est une fierté pour toute l’Afrique.  Longue vie à cette femme intelligente et nous espèrons en apprendre plus sur toutes les femmes brillantes du continent.

jeudi 11 juin 2015

Mathématiques : un jeune génie nigérian résout une équation insoluble








Au Japon, un étudiant nigérian de l’université de Tokai accumule les perfomances académiques et les brevets d’invention. Ufot Ekong vient de résoudre une vieille équation mathématique.
Il est encore sur les bancs de la faculté et connaît déjà la gloire. Ufot Ekong, étudiant à l’université de Tokai à Tokyo au Japon, vient de résoudre une équation mathématique dont personne n’avait trouvé la solution depuis son apparition, il y a 30 ans.
Ufot n’en est pas à sa première prouesse. Selon The Independent, qui rapporte l’information, “l’étudiant nigérian a eu les meilleures résultats dans une université japonaise sur les cinquante dernières années !” Ufot Ekong, déjà diplômé en génie électrique, continue ses études pour se spécialiser en robotique.
“Depuis le début de ses études, Efot Ekong a remporté six prix d'excellence académique tout en occupant deux emplois à côté, pour financer ses études, comme beaucoup d’étudiants”, poursuit le journal britannique.
Ekong parle anglais, français, japonais et yoruba (sa langue maternelle). Le jeune Nigérian a d’ailleurs remporté le prix du meilleur étudiant en langue japonaise pour les étrangers. Ekong travaille actuellement pour Nissan et a déjà deux brevets à son nom pour la conception de voitures électriques.

vendredi 15 mai 2015

Le concept amusant de la dette et de l'arnaque des banques



Les temps sont durs, le pays est très endetté, tout le monde vit à crédit.
Arrive un riche touriste allemand. Il arrête sa belle grosse voiture devant l'hôtel de la ville et entre.
Il pose un billet de 200 euros sur le comptoir et demande à voir les chambres disponibles afin d'en choisir une pour la nuit.
Pour 200 euros, le propriétaire de l'établissement lui donne toutes les clés et lui dit de choisir celle qui lui plaira.

Dès que le touriste a disparu dans l'escalier, l'hôtelier prend le billet de 200 euros, file chez le boucher voisin et règle la dette qu'il a envers celui-ci.
Le boucher se rend immédiatement chez l'éleveur de porcs à qui il doit 200 Euros et rembourse sa dette.
L'éleveur, à son tour, s'empresse de régler sa facture à la coopérative agricole où il se ravitaille en aliments pour le bétail.
Le directeur de la coopérative se précipite au café régler son ardoise.
Le barman glisse le billet à la prostituée qui lui fournit ses services à crédit déjà depuis un moment.
La fille, qui occupe à crédit les chambres de l'hôtel avec ses clients, court acquitter sa facture chez notre hôtelier qui pose le billet sur le comptoir, là où le touriste l'avait posé auparavant.
Le touriste Allemand redescend l'escalier, annonce qu'il ne trouve pas les chambres à son goût, ramasse son billet et s'en va.
Personne n'a rien produit ! personne n'a rien gagné ! mais plus personne n'a de dette !!!
Voilà pourquoi, en ce moment, les banques n'ont aucun intérêt à vous prêter de l'argent.
Les banques s'enrichissent tant que vous êtes endettés...

 Franck Krischer

mardi 12 mai 2015

SCANDALE CONJUGAL AU SOMMET DE l'État : Le Bénin sans Première Dame.



Le Président Yayi Boni devient désormais le beau-frère de son ministre Abiola d'autant qu'il aurait enceinté la fille de celui-ci. CHANTALE dépassée par les évènements demande divorce. Elle vit depuis quelques jours dans propre résidence sise dans la zone d'aéroport en attendant la prononciation de leur divorce. Abiola à son tour enceinte sa secrétaire particulière, tandis que son Directeur de cabinet enceinte son attachée de service. Et pour clore la série de scandale, c'est le ministre de Finances de Yayi qui devient désormais son beau-fils car Komi Koutché aurait enceinté Solange Yayi, la fille de Yayi. On dirait un conte, mais c'est les faits réels de la société béninoise.

vendredi 8 mai 2015

Ligue des Champions Barça Ligue des champions: La performance de Lionel Messi face au Bayern affole Twitter

Le
Lionel Messi, en lévitation contre le Bayern Munich. (L'Equipe)
Lionel Messi, en lévitation contre le Bayern Munich. (L'Equipe)
Une nouvelle fois hors norme, la prestation de Lionel Messi, mercredi en demi-finale aller de la Ligue des champions contre le Bayern Munich (3-0), a déclenché une accumulation de superlatifs et de détournements sur Twitter. La cinglante défaite infligée à Manuel Neuer et Jerome Boateng, mis sur les fesses par l'action de l'attaquant du FC Barcelone sur le deuxième but, a largement alimenté les réseaux sociaux. 
 
 
video

mardi 5 mai 2015

SIDA : le vaccin enfin trouvé.

Le professeur gabonnais Mavoungou présente le vaccin contre le SIDA






Le professeur Donatien Mavoungou a présenté vendredi son nouveau vaccin contre le Sida, appelé L’IMMUNOREX TM, au cours d’une conférence de presse à Libreville.



Ce vaccin est actuellement en phase d’essai clinique et à déjà été testé sur plus de 200 malades en France et n’a présenté aucune réaction négative sur ces derniers.’’ Nous avons actuellement un vaccin thérapeutique contre le Sida, qui est à ce jour un des rares au monde à avoir réussi à entrer en phase 2, avec une autorisation d’arrêt de trithérapie pendant deux mois’’, a déclaré le professeur Mavoungou, devant les journalistes. Ce vaccin aux dires du chimiste gabonais serait actuellement le plus avancé de tous les vaccins contre le Sida au Monde au sein des grands centres de recherche. Le professeur Mavoungou et son équipe de scientifiques dont le directeur général de l’international institue for developement and support innovative scientific research, Michel Paul Correa qui accompagne les 12 travaux de chercheurs du monde compte établir un partenariat avec les autorités gabonaises, au sujet de ce vaccin dans l’optique de mener conjointement les essais cliniques jusqu’à la commercialisation du vaccin.

La mise au point de ce vaccin soulagera des milliers de malades en Afrique. Les autorités gabonaises et les partenaires au développement sont vivement invités à soutenir les recherches menés par le professeur Donatien Mavoungou et son équipe. C’est l’Afrique qui gagnera. 

alibreville.com

Le SIDA et d’autres virus ont bien été créés en laboratoire par les Etats-Unis dans un but génocidaire


Le SIDA et d’autres virus ont bien été créés en laboratoire par les Etats-Unis dans un but génocidaire (partie 1)

Cet article vient compléter celui publié sur de nombreux médias citoyens cette semaine. Le sujet peu sembler vu et revu depuis des années et pourtant, en constatant le doute qui persiste chez beaucoup de lecteurs, il convient de creuser le sujet afin de démêler le vrai du faux.

Officiellement, la médecine indique que le , ayant officiellement causé 28 millions de morts à ce jour, proviendrait du virus d’immunodéficience humaine (VIH). Certaines théories indiquent quand à elles qu’aucun n’a jamais été détecté chez un malade du SIDA et d’autres qu’il s’agit d’un virus crée en laboratoire. Tout cela n’est pas très clair. Alors qu’en est-il vraiment? 

Cet article retranscrit essentiellement les recherches du Dr Boyd Graves s’étant penché réellement sur la question sans passer par le prisme de la pensée unique. Une vidéo du Dr Horrowitz et divers documents déclassifiés du gouvernement viennent confirmer ses dires. Le Dr Graves décédera le 18 Juin 2009 d’une infection par la bactérie Escheria Coli. Les plaintes en justices engagés contre le gouvernement des Etats-Unis ont été à chaque fois étouffées. 

(voir l’organigramme plus en détail).
organigramme VIH
Pour les sceptiques qui penseraient que ce sont de faux documents, vous trouverez ici un ensemble de 5000 pages de documents du congrès déclassifiés qui montrent que ce sont des documents originaux. Ils parlent précisément des armes biochimiques US (l’aspartame y serait d’ailleurs mentionné).

L’histoire du développement du SIDA

Le E. Graves 28 septembre 2002
Extrait du livre «State Origin: The Evidence of theLaboratory Birth of AIDS »
« La véritable histoire de l’origine du sida peut être retracée tout au long du 20ème siècle en commençant par 1878. Le 29 Avril de cette année les Etats-Unis ont adopté une «Loi fédérale de quarantaine ».
Les Etats-Unis ont fait un effort significatif pour enquêter sur les «causes» des épidémies. En 1887, l’effort a été renforcée grâce au  «Laboratoire d’hygiène ». Ce laboratoire était dirigé par le Dr Joseph J. Kinyoun, un raciste pur et dur, qui servait l’idéologie eugéniste.
Deux ans plus tard, en 1889, nous avons pu identifier les « mycoplasmes », un agent transmissible, qui est maintenant considéré comme étant le cœur des maladies humaines, y compris le SIDA.
En 1893, nous avons renforcé la Loi fédérale sur la quarantaine et tout à coup il y a eu une explosion de la polio.
En 1898, nous savions que nous pourrions utiliser des mycoplasmes pour provoquer des épidémies, parce que nous étions en mesure de le faire chez les bovins et dans les plants de tabac.
En 1899, le Congrès américain a commencé à étudier la lèpre aux Etats-Unis.
En 1902, nous avons organisé une « observatoire d’évolution expérimentale » et avons pu identifier les maladies de nature ethnique.
En 1904, nous avons utilisé des mycoplasmes pour provoquer une épidémie chez les chevaux.
En 1910, nous avons utilisé des mycoplasmes pour provoquer une épidémie chez les volailles.
En 1917, nous avons formé la «Fédération de la Société Américaine pour la Biologie Expérimentale» (FASEB).
En 1918, le virus de la grippe tue des millions de gens sans crier gare. C’était un virus de la grippe modifié avec un mycoplasme aviaire pour laquelle les primates humains n’avaient aucune « immunité acquise ».
En 1921, le théoricien de l’eugénisme Bertrand Russell, soutient publiquement la «nécessité d’organiser des « fléaux » contre la population noire.
En 1931, des tests sont faits secrètement sur les Afro-Américains et expérimentons le SIDA sur les moutons.
En 1935, nous apprenons que l’on pourrait cristalliser le mycoplasme du tabac et qu’il resterait infectieux.
En 1943, nous commençons notre programme de guerre biologique. Peu de temps après, nous étudions les mycoplasmes chez les humains en Nouvelle Guinée.
En 1945, nous assistons au plus grand afflux de scientifiques étrangers de l’histoire dédiés au programme biologique américains. L’Operation Paperclip restera dans les annales comme étant l’un des programmes les plus sombres d’un gouvernement parallèle véreux faisant une fixation sur le .
En 1946, la marine américaine engage le Dr Earl Traub, un biologiste raciste notoire.En mai, une séance de la Commission des Finances confirme l’existence d’une arme biologique « secrète ».
En 1948, nous savons que les États-Unis ont confirmé l’approbation de «l’élaboration d’un projet » dans lequel la question de la surpopulation de certains groupes raciaux est évoquée.
Un mémo de George McKennan du Département d’État permet de mettre en exergue le mensonge eugéniste nécessaire au génocide de millions d’innocents.
En 1949, le Dr Bjorn Sigurdsson isole le virus VISNA. Visna a été crée par l’homme et partage une partie de l’ADN du VIH. Voir, Proceedings of the United States, NAS, Vol. 92, pp. 3283 – 7, (11 Avril, 1995).
En 1951, nous savons maintenant que notre gouvernement a mené sa première attaque de virus sur les Afro-Américains en Pennsylvanie. En Pennsylvanie, des cageots sont infectés afin de découvrir combien de manutentionnaires noirs en Virginie seraient atteints d’un virus placebo.Ils ont également infecter expérimentalement les moutons et les chèvres. Selon l’auteur Eva Snead, la première conférence mondiale sur un virus semblable au SIDA a lieu.
En 1954, le Dr Bjorn Sigurdsson publie son premier article sur le virus Visna et s’impose comme le « grand-père du virus du sida. » Il va rencontrer la concurrence du Dr Carlton Gajdusek.
En 1955, ils réussissent à créer artificiellement le virus de la mosaïque du tabac. Les Mycoplasmes seront toujours au cœur du programme de guerre biologique US.
En 1957, le futur président américain, Gerald Ford (ndlr: un franc-maçon du 33ème degrés, autant dire un sataniste pur et dur) et quelques autres donnent au Pentagone la permission de déployer des agents biologiques pathogènes. Il n’y a pas de cas signalé de SIDA avant 1957, date de la création du « special operation x » (La SOX), programme qui a servi de prototype pour le programme du « virus spécial » qui commencera en 1962.
En 1960, Nikita Khrouchtchev était au courant de l’arme biologique. Sa déclaration de 1960 restera longtemps le reflet de l’arrogance de la collusion secrète entre le communisme et la démocratie. Les deux pays s’accordent en Novembre 1972 pour la réduction de la population noire.
En 1961, le scientifique Haldor Thomar publie que les virus provoquent le cancer.
En 1995, lui, Carlton et Gajdusek informent la National Academy of Sciences que «l’étude sur le visna sur les moutons serait le meilleur essai pour d’éventuels médicaments contre le HIV. »
En 1962, sous couvert de sur le cancer, les États-Unis tracent le chemin pour commettre des meurtres prémédités, le programme « Spécial Virus » commence le 12 Février. Dr. Len Hayflick met en place un laboratoire de mycoplasme à l’Université Stanford. On pense que le programme « Spécial Virus » a commencé en Novembre 1961 avec un contrat de Pfizer.
À compter de 1963 et les années suivantes, le programme « Spécial Virus » menait des compte rendus annuels au Hershey Medical Center, Hershey, en Pennsylvanie. Les réunions annuelles sont emblématiques de la nature agressive de la recherche des E.U. sur le développement du SIDA.
En 1964, le Congrès des États-Unis a donné son plein appui à la recherche sur le virus de leucémie / lymphome (SIDA).
En 1967, l’Académie nationale des sciences a lancé un assaut à grande échelle sur l’Afrique. La CIA (Division Technical Services) accepte son programme secret d’inoculation.
En 1969, 18 Juillet, Fort Dietrick informe des scientifiques dans le monde et le Pentagone demande davantage d’argent, ils savent qu’ils peuvent fabriquer le SIDA. La note de service secrète sur le « Surpeuplement » de Nixon  au Congrès marque le début de la chaîne de l’holocauste du SIDA.
En 1970, le président Nixon (ndlr:Franc-maçon) signe PL91-213 et John D. Rockefeller (ndlr: illuminati), III est devient «tsar de la population. » Le Mémo de Nixon relatif à la nationale ne laisse aucun doute quant à la nature génocidaire du dépeuplement.
En 1971, Sortie du Compte Rendu n°8. L’organigramme (p.61) reste à tout jamais l’acte de naissance du SIDA en laboratoire.Le rapport d’avancée n ° 8 est délivré. Au fil du temps, le programme Spécial Virus produira 15 rapports et plus de 20.000 notes scientifiques. L’organigramme constitue le lien entre tous les documents scientifiques, l’expérimentation et les contrats des Etats-unis. Il restera « manquant » jusqu’en 1999. Les scientifiques du monde entier sont stupéfaits. L’organigramme prendra tout son sens au cours du 21ème siècle. Il apparaît aussi que les expériences poursuivies dans la Phase IV-A de l’organigramme offrent la meilleure piste vers une thérapie plus efficace pour les porteurs du VIH/SIDA. Les 60 premières pages du Compte Rendu n°8 du programme Spécial Virus dévoilent de façon probante le but de l’opération. En Juin 1977, le programme Spécial Virus avait produit 66 000 litres de SIDA. Le virus du SIDA était ajouté aux vaccins envoyés en Afrique et à Manhattan. Cependant, grâce à la franchise d’auteurs tels que le Dr. Robert E. Lee, nous apprenons que le Laboratoire de Mycoplasmes de Stanford publie un des premiers rapports incluant le terme SIDA dans son titre : « Infections Virales chez l’Homme Associées au Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise ». Le scientifique initial, le Dr. Thomas Merigan, était « conseillé » dans le programme Spécial Virus
Le compte rendu n ° 8 page 104-106 prouve que le Dr Robert Gallo travaillait secrètement sur le de développement du virus avec le plein appui du secteur du gouvernement américain qui cherchait à tuer ses concitoyens. Dr Gallo ne peut pas expliquer pourquoi il a exclu son rôle de «chef de projet» pour le programme Spécial Virus dans sa bibliographie. Les premiers travaux et découvertes du Dr Gallo peuvent être mis en relation avec l’organigramme de 1971.  Nous savons maintenant comment chaque expérience s’y imbrique.  La logique de recherche est une preuve irréfutable de l’existence d’un « Manhattan project » visant à élaborer un cancer contagieux qui tue sélectivement. Le document de 1971 du Dr Gallo est d’ailleurs identique à son annonce faite en 1984 sur le SIDA.
Le compte rendu n ° 8 page 273-286 prouve que nous avons inoculé le sida à des singes. Depuis 1962, les Etats-Unis et le Dr. Robert Gallo ont infecté des singes et les ont relâchés dans la nature. Ainsi, même des scientifiques du gouvernement sont stupéfaits de constater l’apparition soudaine du HIV-1 et HIV-2 chez deux espèces de singes d’origines différentes, au cours des cent dernières années. Une étude japonaise de 1999 révélera finalement l’origine anthropique du virus du SIDA chez les singes. Les résumés des expériences faites sur les singes prouvent définitivement que le virus d’immunodéficience simienne est également fabriqué par l’homme.
En 1972, les Etats-Unis et l’Union soviétique signent un accord biologique qui signe l’arrêt de mort de la population noire. L’accord de 1972 pour la collaboration et la coopération dans le développement d’agents biologiques offensifs fait toujours partie de la politique des Etat-Unis.
En 1973, le scientifique de renommée mondiale, Garth Nicolson fait un rapport sur son projet, «« Rôle de la Surface Cellulaire pour Echapper à la Immunitaire » (Role of the Cell Surface in Escape From Immunological ). Son rapport est accompagné de sept articles publiés. Le Dr.Nicolson a travaillé en collaboration avec le programme Spécial Virus de 1972 à 1978. Il est considéré par certains comme étant le collaborateur de la côte ouest du Dr Gallo. Il est fortement suspecté qu’en raison du Dr.Nicolson, le Dr Robert Gallo et le Dr Luc Montagnier se seraient secrètement rencontrer en Californie du Sud pour se mettre d’accord sur ce qu’ils pourraient dire et ne pas dire sur le programme de développement du « spécial virus ».
En 1974, Henry Kissinger (ndlr: Franc-maçon de 33ème degrés) produit son NSSM-200 (plan américain de lutte contre la surpopulation). Il est le seul sujet de discussion lors de la Conférence mondiale de la population à Bucarest, en Roumanie. Les hommes de l’ombre avaient gagné, tout le monde était d’accord pour secrètement abattre la population africaine. Aujourd’hui, c’est l’Afrique et d’autres qu’ils considèrent indésirables. Demain, cela pourrait être vous.
3-7acb1db600
En 1975,  Le Président Gerald Ford signe le Mémorandum de de la Sécurité Nationale n°314. Les Etats-Unis implémentent le NSSM-200 de Kissinger .
En 1976, les Etats-Unis produisent le compte rendu n ° 13 du programme « Spécial Virus ». Le rapport prouve l’existence d’accords internationaux des États-Unis avec les , Allemands, Britanniques, Français, Canadiens et Japonais. Le complot visant à tuer des Noirs a un large soutien international. En Mars, la production du virus du sida commençet, en Juin 1977, le programme avait produit 66 000 litres de SIDA. Le président Jimmy Carter autorise la poursuite du plan secret pour abattre la population noir.
4-fe3c2b19a6
En 1977, le Dr Robert Gallo et les scientifiques soviétiques se réunissent pour discuter de la prolifération des 66 000 litres de SIDA. Ils intègrent le SIDA dans le vaccin de la variole pour l’Afrique et le vaccin expérimental de l’hépatite B pour Manhattan. D’après les auteurs Juin Goodfield et Alan Cantwell, le lot n ° 751 a été administré à New York à des milliers de personnes innocentes. Ce gouvernement ne sera jamais en mesure de réparer le mal fait aux personnes pour le viol sociale, l’humiliation et les préjudices faits aux personnes qui font face au VIH / SIDA quotidiennement. Les hommes de l’ombre avaient calculé avec précision que vous ne vous soucieriez  pas de la mort de noirs et d’homosexuels. En fait, vous ne vous souciez pas que près d’un demi-million de vétérans de la guerre du Golfe soient infectés par quelque chose de contagieux. Bientôt, il n’y aura plus de population noir ni de militaires handicapés, les Blancs âgés commenceront alors soudainement à mourir et vous n’auraient toujours rien compris.» Cela vous permettra peut être de mieux comprendre la situation.
Cette vidéo réalisée par le docteur Léonard Horowitz confirme les recherches du Dr Grave. Le Dr gallo y est pris en flagrant délit de mensonge en fin de vidéo. (Si quelqu’un veut se dévouer pour une VOSTFR…)
Soudain, tout comme le président Nixon l’avait prédit, le nombre de morts explosait. Le 4 Novembre 1999, la Maison Blanche annonçait, ….
« Dans un délai de cinq ans, tous les nouveaux infectés par le VIH aux Etats-Unis seront afro-américains …. »Il faudra tôt ou tard que nos experts soient autorisés à prendre en compte l’histoire de ce programme de virus. Il serait invraisemblable, sans cela, de tenter d’élucider l’étiologie du SIDA.
Davantage de détails sur l’histoire du programme de virus secret peut être trouvé dans les archives du Dr. John B. Moloney. L’examen des fichiers du Dr Moloney permettra encore d’identifier d’autres dates et archives qui correspondent à l’une des plus grande prolifération de maladie dans l’histoire de la race humaine. Nous avons trouvé le chaînon manquant. Le fondement de la logique logique de recherche d’un programme fédéral destiné à tuer. Nous pouvons identifier quelques-unes des personnes qui ont travaillé dans l’ombre comme les Drs Robert Gallo et Garth Nicolson. Connaissant les mécanismes d’attaque par lesquels nous pouvons stopper le SIDA, il est désormais temps que plus personne ne puisse être touché par cette chimère de mycoplasme synthétique.
Aider ceux d’entre nous qui sont encore là pour réaliser une vie épanouie et contributive. Nous sommes tous un même peuple.
Le 28 Septembre 1998, j’ai déposé une plainte contre les Etats-Unis pour la «création», «production» et «prolifération» du SIDA. Le 7 Novembre 2000, la cour d’appel s’aligna sur la décision du tribunal de première instance jugeant que l’allégation de fabrication du SIDA était « sans fondement ». » Le monde attend toujours que la cour se prononce sur les éléments de ce dossier. Le tribunal ne peut pas continuer à simplement écarter nos experts et l’organigramme du gouvernement.(ndlr: et pourtant si…il suffit que la cour soit composée de franc-maçons qui sont tenus par serment de s’entre-aider et le tour est joué: c’est beau la justice n’est-ce pas?).
On m’a demandé de donner mon point de vue en ce qui concerne le programme fédéral MK-NAOMI. Le signle MK-NAOMI est le nom de code prévu pour désigner le développement du SIDA. La partie «MK» sont les initiales des deux co-auteurs du virus du SIDA, Robert Manaker et Paul Kotin. La partie « NAOMI » signifie « les noirs ne sont que des individus temporaires. » ( Negroes are Only Momentary Individuals). Le gouvernement américain continue à orchestrer le silence des très hauts échelons du Congrès et des militaires. À l’heure actuelle, personne ne prend ses responsabilités. Les honnêtes gens finiront par créer un tsunami d’indignation dans l’opinion public. Nous ne pouvons pas permettre à l’Etat un droit autocratique de gouverner en dehors de la constitution. Notre société est structurée de façon à dissimuler les crimes d’Etat, tout en punissant les citoyens pour des délits mineurs. Leur stratégie est basée sur la confusion générale qu’ils peuvent créer en manipulant les médias. Ils sont très habiles à ce jeu là. Nous devons nous concentrer sur la présentation régulière de l’organigramme qui est le chaînon manquant qui prouve l’existence d’un programme de recherche coordonné pour développer un virus du cancer qui détruit le système immunitaire.
Cette compilation de documents judiciaires et de correspondances est l’accomplissement du véritable effort d’un homme afin de résoudre le mystère de l’origine du sida. Nous avons trouvé l’origine du SIDA, c’est nous.
~ Boyd 'Ed' Graves 7 Juillet 1952 au 18 Juin 2009
~ Boyd ‘Ed’ Graves 7 Juillet 1952 au 18 Juin 2009

L’origine du SIDA est aussi à l’origine de presque tous les virus du cancer qui existent. Le Lymphome, la leucémie et le SIDA sont une petite partie d’une longue liste de maladies crées par l’homme. Ces cancers ont été développés dans un endroit appelé Fort Dietrich, Maryland, États-Unis, dans une installation de l’armée. En 1971, Fort Detrich changea de mains, et sous le couvert de l’Institut national de la Santé (NIH) la «recherche» biologique a continué, après que le président Nixon ait déclaré que les Etats-Unis réduiraient le financement et l’arrêt de la «recherche» biologique, en fait, ce financement pour la recherche biologique a augmenté en 1970 avec l’appropriation de 10 millions de dollars pour créer un virus de suppression immunitaire « pour lequel aucune immunité naturelle ne pouvait être obtenu ».
L’OMS est dirigée par l’ONU et à son tour, l’OMS répercutent les plans du nouvel ordre mondial sur le peuple. Les vaccinations de masse, les pénuries alimentaires, les prédictions pandémie.
Si vous n’êtes pas déjà au courant du but de l’ONU, l’OTAN, l’OMS, l’AMA (American Medical Association), faites des recherches, l’information n’est pas si difficile à trouver, vous avez juste à regarder dans la bonne direction.
l’AMA a été créée pour stopper les établissements d’enseignement de santé alternatifs aux États-Unis et pour faire en sorte qu’il ne soit possible de se former que dans les universités. C’est pourquoi la plupart des médecins ne connaissent pas les bienfaits de l’oxygène et la vrai santé et ne connaissent pas grand chose comme remèdes.
Comme Hippocrate le disait: « soyez votre propre médecin ».
Nous avons été tellement endoctrinés à penser que notre santé est si complexe, et avons appris qu’il n’y a pas de remède de fond pour la maladie, mais la vérité est que la maladie humaine est soignable facilement, la toxicité externe et le cancer crée par l’homme est une autre chose, mais là encore il existe des remèdes avec une variété d’options, qui sont tenue à l’écart du peuple par la mafia médicale aux commandes car «un malade guéri est un client perdu». »
Conclusion:
Que dire si ce n’est que ce médecin a tout compris. Merci à lui pour ses recherches qui démontrent que les plans génocidaires de l’élite sataniste qui nous gouvernent ne datent pas d’hier. Méfions-nous de leurs manigances. Non, les gouvernements ne veulent pas notre bien-être (l’article montre bien que des accords ont été passés avec divers pays, y compris la France), non l’OMS ne s’intéresse pas à notre santé (au contraire, ils sont là pour diminuer la population mondiale, typiquement par le biais de ce genre de programmes). Si par hasard, cette hiver on voit un virus mutant de la grippe aviaire faire son entrée, on saura pourquoi.
Traduction / Synthèse: